Travailler avec un Groupement d’Employeurs, ça coûte cher ?

Lorsque je présente le groupement d’employeurs Iroise aux chefs d’entreprise de notre territoire, ces derniers sont souvent très méfiants quant aux coûts de la prestation. A priori, pour eux, travailler avec un groupement d’employeurs coûte plus cher que recruter seul. Est-ce vraiment le cas ? Je pourrais vous donner des chiffres : montant du droit d’entrée, de la cotisation, rémunération, facturation etc. mais ce serait résumer trop simplement le coût du Groupement d’Employeurs. Je vais aller plus loin en vous présentant les autres avantages valorisables et indirects pour votre entreprise.

Coût du Groupement d’Employeurs : les éléments valorisables

Évaluer le coût global du Groupement d’Employeurs, c’est mettre en perspective le coût de la prestation avec les avantages offerts par cet outil.

Voici 7 avantages auxquels les entreprises ne pensent pas forcément immédiatement mais qui peuvent être facilement valorisés lorsqu’elles adhèrent à un Groupement d’Employeurs.

1. Le coût du recrutement

Très souvent, les chefs d’entreprise n’évaluent pas ce que leur coûte un recrutement effectué par leurs soins (en temps passé, en recherches de toutes sortes, etc.) :

  • Définition du besoin
  • Intégration des nouvelles compétences dans l’organisation de l’entreprise
  • Définition de la fiche de poste (y compris le salaire)
  • Rédaction de l’offre d’emploi et sa diffusion
  • Tri des CV et des lettres de motivation
  • Rencontre des candidat(e)s retenu(e)s
  • 2e rendez-vous si nécessaire
  • Rédaction du contrat de travail (ou sous-traité)
  • Inscription du salarié aux différentes caisses de prévoyance
  • Intégration et suivi du (de la) salarié(e)

Sans compter le risque d’erreur qui fait que le turnover grossit et qu’il faut tout recommencer deux mois après.

Chez Iroise, toute cette procédure fait partie de la mise à disposition du salarié qui sera choisi par les entreprises. Évidemment, le recrutement n’étant pas une science exacte, nous pourrions nous tromper sur le(la) candidat(e). Dans ce cas, c’est Iroise qui recommencerait le process de recrutement.

2. La formation du salarié

Le salarié mis à disposition faisant partie des effectifs d’Iroise, c’est le budget de formation du groupement d’employeurs qui prendra en charge les formations des salariés mis à disposition.

De plus, les entreprises ne cotiseront pas pour les salariés mis à disposition par un groupement d’employeurs pour la formation continue et la taxe d’apprentissage. En effet, les salaires de ces personnes ne font pas partie de la masse salariale de l’entreprise sur laquelle sont calculées ces cotisations.

3. La gestion du salarié

Le contrat de travail, le bulletin de salaire, le suivi du salarié, les entretiens annuels et professionnels, etc. : tous ces éléments sont gérés par le groupement d’employeurs. La seule obligation de l’entreprise, c’est de transmettre chaque fin de mois les heures effectuées par les salariés dans son entreprise.

4. Les absences du salarié

Toutes les absences quelles qu’elles soient (maladie, maladie professionnelle, accident du travail, maternité, congés payés, congé pour événement familial, etc.) sont prises en charge par le groupement d’employeurs (c’est-à-dire non facturées à l’entreprise).

5. Accident du travail et maladie professionnelle

Si un salarié d’un groupement d’employeurs venait à subir un accident du travail ou une maladie professionnelle, seul serait demandé à l’entreprise un rapport circonstancié de l’accident. Tout le reste serait géré par le groupement d’employeurs.

Et sur le plan financier, c’est le taux Accident du Travail du groupement d’employeurs qui serait impacté et non celui de l’entreprise.

6. Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Les salariés mis à disposition ne faisant pas partie de la masse salariale de l’entreprise, leurs salaires ne seront pas intégrés dans la base de calcul de la valeur ajoutée. Et donc n’augmenteront pas le montant de la CVAE.

7. Obligations AGEFIPH

Bien que les salariés du groupement d’employeurs ne fassent pas partie des effectifs de l’entreprise de mise à disposition, cette dernière pourra les intégrer dans ses propres effectifs au regard des obligations AGEFIPH. Dès lors, si un ou plusieurs salariés du groupement d’employeurs ont une reconnaissance au titre de l’AGEFIPH, l’entreprise pourra les intégrer dans ses déclarations annuelles.

Coût du Groupement d’Employeurs : les éléments indirects

Au-delà du coût du groupement d’employeurs, l’adhésion apporte d’autres bénéfices indirects. Je vous en présente 4 ci-dessous.

1. Le réseau de chefs d’entreprises

Adhérer à un groupement d’employeurs, c’est participer à un réseau de chefs d’entreprises qui souhaitent ensemble développer de la richesse et de l’emploi sur leur territoire.

Ces dirigeants misent sur le partage de compétences pour accroître leur compétitivité, et professionnaliser leurs entreprises.

C’est faire partie d’un réseau où les entreprises pourront partager sur les difficultés de recrutement et travailler ensemble pour obtenir les compétences désirées. Mais également échanger sur la législation, les risques, l’organisation, etc.

2. Une mise à disposition au juste temps

Les entreprises qui font appel à un groupement d’employeurs ne recrutent qu’à hauteur de leurs besoins et de leurs moyens. Souvent, les entreprises ont besoin de s’octroyer certaines compétences à moyenne et haute valeur ajoutée, mais elles n’ont ni un temps plein à offrir à leurs collaborateur(trice)s, ni les moyens financiers pour payer un temps plein. Grâce à Iroise, elles pourront se partager un DAF sur deux jours hebdomadaires par exemple.

Par ailleurs, le groupement d’employeurs est une réponse à la législation qui impose aux entreprises d’embaucher a minima 24 heures par semaine une personne à temps partiel. Si le(la) salarié(e) est embauché(e) par un groupement d’employeurs, elle peut ne travailler que 14 h 00 dans une entreprise, puisqu’elle va partager son temps de travail avec une voire deux autres entreprises, via un seul contrat de travail à temps plein. L’employeur étant le groupement d’employeurs, l’entreprise concernée par les 14 heures hebdomadaires n’est plus préoccupée par cette obligation de la législation du travail.

3. La culture de la polyvalence

Les salariés d’un groupement d’employeurs sont multitâches et polyvalents. Ils doivent être capables de travailler dans plusieurs entreprises dans la semaine, ou dans l’année, et répondre aux besoins des entreprises, qui peuvent être bien différents dans chacune d’elles.

Le(la) salarié(e) d’un groupement d’employeurs se doit de s’adapter aux différentes cultures des entreprises, donc être adaptable et souple.

Chez Iroise, nous sommes très vigilants lors de nos recrutements : nous devons faire en sorte que les salariés proposés à nos adhérents soient capables de travailler dans plusieurs entreprises en même temps. La valeur ajoutée se situe dans le fait que les salariés auront cette capacité à travailler sur une durée minimale tout en effectuant le maximum de tâches. C’est la raison pour laquelle, chez Iroise, nous recrutons souvent des salariés expérimentés.

4. Le partage de bonnes pratiques

Hors tous les éléments pour lesquels la confidentialité doit être respectée, le(la) salarié(e) d’un groupement d’employeurs peut adapter, dans les entreprises concernées, toutes les méthodes et/ou tous les process qu’elle utilise et qui fonctionnent.

Il(elle) peut également être le vecteur de l’échange entre les entreprises sur les besoins de chacun.

Un groupement d’employeurs n’est pas un simple prestataire

Un groupement d’employeurs n’est pas un simple prestataire : c’est un réseau auquel les entreprises adhèrent pour travailler ensemble et se partager des compétences.

Travailler avec un groupement d’employeurs, ce n’est pas pour un recrutement lambda que l’on pourrait faire seul, ou pour le remplacement d’un congé maternité par exemple. Travailler avec un groupement d’employeurs doit s’envisager sur le long terme. C’est de cette façon que le partenariat deviendra avantageux pour l’entreprise.

Souvent, j’ai entendu certains chefs d’entreprise me dire : « Si je recrute seul, cela me coûte moins cher ». A mon sens, un recrutement ne doit pas être considéré comme un coût mais comme un investissement. Et effectivement, si l’on considère le coût d’un recrutement dans l’absolu, travailler avec un groupement d’employeurs « coûte » plus cher. Mais en y regardant de plus près, comme nous l’avons fait, un groupement d’employeurs peut être attirant et intéressant pour une entreprise, et pas seulement sur le plan financier.

Vous souhaitez travailler avec nous ? Contactez-nous au 02 98 68 23 23 ou par mail !

Marie-hélène Nedellec est directrice de Iroise, partage et compétences

Rédigé par Marie-Hélène Nedellec
Directrice